Texte à méditer :  Ecoute le silence...  
Spécial !

Laisse le silence

te pénétrer.

Ne parle pas.

Ecoute le silence.

Il contient l’Infini.

Quel que soit le nom

que tu puisses donner

à cet Infini,

de Lui découle

la source d’eau vive

qui irrigue

toutes les parcelles

de ton âme.

Ne parle pas…

Ecoute le silence…

Infos

Fermer Saison 2017

Fermer Saison 2018

Fermer Saison 2019

Fermer Communiqués

Fermer Histoire

Fermer Archives

Fermer Informations aux musiciens

Fermer Articles de presse

Fermer Informations au public

Fermer Histoire

Fermer Nous situer

Presse
Nous contacter
Webmaster - Infos
Communiqués - Communiqué 2019/05

Rompon 2019-5

Les concerts à la chapelle du Vieux Rompon de ce prochain mois d’août voient venir les ami-e-s de Brigitte Balleys pour le plus grand plaisir culturel.  En effet, et pour rappel, le samedi 3 à 20h30, le dimanche 4 à 17h00. Ces artistes nous réservent le plaisir d’un récital pas banal :

 « Ce programme évoquant Wolfgang von Goethe me semblait avoir la couleur qui convient aux concerts de Rompon. Je l’avais programmé autour de la couleur en Suisse au printemps. Pour l’été, il a suffi de transformer quelques éléments car les artistes ne sont pas les mêmes. J’avais remarqué Luca de Grazia (Suisse), qui était étudiant à Lausanne il y a quelques années car il aimait accompagner les chanteurs et d’ailleurs, il accompagnait à l’époque Lamia Beuque qui étudiait dans ma classe. Ce sont donc des retrouvailles car Luca, tessinois d’origine, vit maintenant à Vienne en Autriche. Et pour faire la boucle Lamia Beuque vient d’interpréter Mignon à l’Opéra d’Innsbruck ce printemps. J’ai donc laissé aller mon imagination autour de Goethe et de tous ceux qui s’en sont inspirés. Les textes qui illustreront le programme vous feront voyager avec les musiques. Lamia Beuque (française) poursuit une carrière internationale, rossinienne, elle excelle autant dans une Rosine que dans les rôles de travesti comme Annio de la Clémence de Titus de Mozart. Je me réjouis de les avoir dans ce programme avec Anne-Laure Hoeffel qui lira et moi-même.

″Au pays des orangers…″ Textes de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832)

Le Duo ″Ich bin dein Baum, O Gärtner″ Je suis ton arbre, o Jardinier, de Robert Schumann sur un poème de Rückert introduit la première partie et annonce Goethe et son lien à la nature. La nature, voilà le nom sous lequel Goethe désigne ses énergies éternellement créatrices. Cette nature qui l’a porté, matière à philosopher, à l’inspirer, à l’émouvoir. Le jardinier qui prend soin de son arbre pour qu’il donne les plus beaux fruits.

Les duos de Fanny Mendelssohn sont nombreux. La compositrice et pianiste allemande, limitée à sa condition de femme, qui ne l’empêche pas de composer, laisse une œuvre importante, 400 pièces environ. Ces trois duos montrent la précision qu’avait Fanny sur le texte, la simplicité nous éclaire sur les mots, sur une musicalité toute personnelle.

Glissent ensuite ″Légères hirondelles″ d’Ambroise Thomas, comme pour nous ressouvenir du lien de l’homme et de la nature. Du lien entre le ciel et la terre, entre la joie et la souffrance : le harpiste et Mignon. A sa création, le duo fit un grand effet et les artistes le bissèrent.

Cette première partie nous guide vers l’être humain et cette nostalgie nous parle d’un pays où fleurit l’oranger. Les voyages de Goethe en Italie changent l’homme Goethe, inspirent au-delà des frontières.

La ″Scène de Faust ″, peu connue, et c’est bien dommage, met en scène Marguerite effondrée, le mauvais esprit qui la torture et le Requiem qui résonne dans l’église, le rouet au piano et la détresse de Marguerite évoquent Faust et un duo tout aussi inconnu de Franz Schubert où se parlent à nouveau le harpiste et Mignon, clôt cette partie.  Schubert est sans doute celui que le « Mage de Weimar » a le plus inspiré et cette inspiration nous laisse des pages absolument magnifiques.

A la fin de sa vie, Goethe, fasciné par l’Orient, traduisit le grand poète perse Hafiz. Ces Lieder de Hugo Wolf sont peu souvent interprétés. Le dialogue amoureux entre Hatem (alias Goethe) et Suleika (alias Marianne von Willemer) est pourtant étonnant, extrêmement riche dans l’accompagnement du piano.

Othmar Schoeck, compositeur suisse, écrivit de nombreux lieder, dont les mélodies du livre des contemplations (Divan oriental) de Goethe. Dans cet extrait de l’opus 19b, nous entraîne dans un monde dépouillé où l’essence même du poème nous saisit.

Le duo de Johannes Brahms ″Tes cheveux seront blancs et pourtant tu aimeras″ rappelle l’amour de Goethe pour Marianne von Willemer, qui a inspiré les traductions du Divan oriental. Phénomène physique évoquant aussi l’arc en ciel ″ blanc″ »

Brigitte Balleys

Accourez pour ce florilège où la poésie et la musique ne feront qu’un, avant de retrouver l’ombre du jardin de l’Espère pour le partage traditionnel auquel les fondatrices de l’Offrande musicale, Jeanne Bovet et Raphaëlle Lépine tenaient tant.

RMF

 


Date de création : 23/07/2019 @ 10:22
Dernière modification : 23/07/2019 @ 10:22
Catégorie : Communiqués
Page lue 204 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
193 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



^ Haut ^